Exposition Exposition & Publication Hors-Champs Christian Aschman

Exposition du 16 mai au 29 novembre 2020 au Display 01

En 2018, le photographe Christian Aschman a été mandaté par le Centre national de l’audiovisuel (CNA) pour dresser un inventaire visuel intra- et extra-muros de la zone industrielle dite Agrocenter. Basée à Mersch, elle est dédiée à la filière agroalimentaire depuis 1959. Dans le souci de contribuer à la sauvegarde de ce patrimoine ayant marqué le secteur agricole du Luxembourg durant des décennies, il importait aussi bien au commanditaire qu’au photographe d’en garder une trace par le moyen de la photographie.

Réparti sur un terrain d’une trentaine d’hectares, l’Agrocenter est constitué d’une vingtaine de bâtiments aux destinations les plus diverses ; production, transformation, vente, stockage, contrôle et analyse, approvisionnement en énergie, entretien et administration. Aujourd’hui le site est en voie de disparition pour laisser la place à un nouveau quartier résidentiel et commercial. 

L’exposition « Hors-Champs » est conçue comme une balade du photographe à travers ce lieu déjà partiellement abandonné et sur le point de s’effacer au moment de la prise de vue. Pour saisir l’esprit des lieux, Christian Aschman déambule dans les allées longées d’arbres et de bâtiments qui délimitent les différents secteurs de l’Agrocenter et qui deviennent son premier repère in situ. Il y laisse flotter son regard pour dénicher le meilleur point de vue afin de rendre compte de tout ce qui est à documenter. Le choix de ses angles de vue et de ses perspectives nous perturbe. Comme lui, on cherche à embrasser du regard cette zone étendue, à s’orienter dans ce décor en béton à la végétation à l’abandon. Mais en vain ! Le site est trop vaste ! Pour aller à l’encontre de ce phénomène, Christian Aschman s’appuie sur les jeux de l’ombre et de la lumière, crée des images suggestives et recourt systématiquement au hors-champ provoquant des cadrages inattendus et laissant à chacun la possibilité de compléter les images … et le site.

Après cette introduction visuelle et factuelle, Christian Aschman s’intéresse aux intérieurs des bâtiments et sa démarche prend l’allure d’une fouille archéologique. Il cible les détails architecturaux ainsi que les fonctionnalités et les singularités des fabriques agroalimentaires les plus emblématiques du site ; de l’abattoir, de l’usine d'aliments composés pour le bétail, des silos de stockage pour céréales, de la station de conditionnement de semences, du hall de réception des grains et de la salle de réunion. Mais ce sont aussi les atmosphères dégagées par les intérieurs de chacun de ces bâtiments qui happent le regard du photographe. Il les appréhende et les traduit dans son propre langage visuel pour nous convier au surprenant spectacle de couleurs, de lumières, de formes, d’espaces, de matériaux et de technologies, qui, pendant soixante ans, régnait dans cet univers à huis clos et inaccessible au public.

Les 87 photographies exposées ici sont un extrait des 800 images issues des nombreuses séances de prises de vue de Christian Aschman sur le terrain à Mersch. Elles ont été intégrées dans les archives du CNA et font aujourd’hui partie du patrimoine photographique du Luxembourg.

Colophon  

  • Photographies: 
    Christian Aschman
  • Commissaire
    Marguy Conzémius

  • Numérisation & traitement de l'image:
    Christian Aschman, Atelier KZG (Bruxelles), Nelly Lefflot

  • Equipe technique:
    Kurt Gelhausen

  • Réalisation des tiragees d'exposition:
    Atelier KZG

  • Encadrement:
    Jellyfish (Bruxelles), InOctavo (Luxembourg)

  • Traitement archivistique des photographies: 
    Sandy Dos Santos, Francesca Vantellini

  • Eclairage:
    Romain Girtgen

  • Communication
    Anne-Laure Letellier
  • Conception graphique: 
    Atelier Olivier Lamy (Bruxelles)

  • Traduction et relecture:
    Peter Leonard, Yusuf Samantar

 

Publication

Parallèlement aux séances de prise de vue est lancée une recherche contextuelle sur la genèse de ce complexe industriel. Elle prend vite l’envergure d’une réelle odyssée à travers toute sorte de sources imaginables et creusables rapportant les explications et raisons étant à l’origine de l’aménagement du terrain et des styles architecturaux appliqués. Des rencontres, échanges et interviews ont pu compléter et enrichir l’enquête par des informations formelles, factuelles et personnelles.

Un effet secondaire résultant de cette « chasse aux trésors » est la découverte d’archives publiques et privées oubliées et révélatrices. Non seulement, la générosité de leurs propriétaires a permis de les intégrer dans les archives du CNA, mais elles sont aujourd’hui des sources très appréciées et incontournables pour la bonne compréhension des fabriques et de leur implantation au centre de Mersch.

Dans son texte « Le Silo de Mersch – une architecture agro-industrielle exceptionnelle » présenté ci-après, Antoinette Lorang, historienne de l’art, fait l’analyse de toutes les informations récoltées et accumulées, expose des références et exemples surprenants ayant pu influencer les architectes et le maître d’ouvrage et nous fait part de ses conclusions sur l’architecture des bâtiments par moments surprenante et inattendue. Elle s’arrête également et plus spécifiquement sur l’implication de l’architecte luxembourgeois Arthur Thill dans la première phase de construction du site.

A la suite des contributions rédactionnelles, la place est d’évidence donnée aux photographies de Christian Aschman. Une première partie décrit les alentours et la quête du site et de ses bâtiments vus de l’extérieur. Suivra la déambulation du photographe sur le territoire de l’Agrocenter au travers de longues avenues longeant les différents complexes architecturaux. Un troisième volet d’images se veut un dialogue entre les photographies de Christian Aschman et des photographies historiques du site datant des années 50-80. La plus importante et dernière partie du livre est conçue comme un inventaire des intérieurs des différents bâtiments. Il nous amène à découvrir des détails architecturaux surprenants ainsi que des machines et installations techniques parfois proche de la sculpture.

Il ne nous reste plus qu’à plonger dans l’univers de ce complexe architectural peu connu et de découvrir ses histoires racontées par Christian Aschman.
 

Acheter le catalogue

Biographie de l’artiste

Christian Aschman, né en 1966 à Luxembourg, poursuit ses études à l’Ecole de Recherche Graphique (ERG) à Bruxelles et entame en 1992 une carrière de photographe indépendant. Il est l’auteur de nombreux reportages de mode, de portraits et de commandes photographiques autour du thème de la ville, de la construction et de l’architecture. 

Ouvert et curieux envers la photographie, ses travaux personnels et artistiques évoluent dans différents contextes et selon des approches photographiques qui, au fil des années, lui deviennent propres. L’installation « kiosque gigogne » et l’édition du livre d’artiste « The space in between » en témoignent. L’une a été présentée au KIOSK par AICA Luxembourg en 2011 dans un kiosque désaffecté transformé en lieu d’exposition éphémère pour la promotion de jeunes créateurs à Luxembourg. L’autre a été réalisée dans le cadre de la résidence d’artiste en 2014 à Tokyo au Youkobo Art Space, parue aux éditions Théophile’s Papers et soutenue par la « Bourse CNA – Aide à la création et à la diffusion en photographie ».

Les publications gagnent peu à peu en importance dans l’œuvre photographique de Christian Aschman et lui servent de dispositif – parfois audacieux parfois ludique - faisant dialoguer ses images avec des supports multidimensionnels et des strates graphiques. Ainsi, l’ouvrage « 747-8 » commandité et édité en 2011 par Cargolux et The Boeing Company et le livre d’artiste sans titre de 2012 présentant un voyage à travers ses propres archives photographiques, sont le début d’une série d’études et d’expérimentations qui lui permettent d’explorer et d’exploiter les moyens d’expression de la photographie en relation avec le support imprimé. 

 

Dernière modification le