|     | 

FISHTRIP

Voir ce film
Utilisation commerciale: Utilisation privée:

Galeries éviter

Présentation

Fiction/Court métrage

Luxembourg, 1997

Réalisation : Donato Rotunno

Production : Tarantula Luxembourg

  • Durée : 14
  • Version originale : Français
  • Image : couleurs
  • Format : 35mm
  • Son : sonore

Avec Philippe Jeusette, Olivier Ythier, Raphaël Anciaux, Thierry Van Werveke, Georges Pirlet

  • Synopsis

    Marc Antoine sera le seul à ne participer à la journée de mobilisation générale de la ville contre la fermeture des services publics. Cynique, il préfère faire son travail et trier ses archives au bureau. Mais chassez la politique, elle revient au galop…
  • Equipe technique

Générique

  • Interprètes

    • Philippe JEUSETTE (Marc Antoine)
    • Olivier YTHIER (le chef)
    • Raphaël ANCIAUX (Phil de fer)
    • Thierry van WERVEKE (Averel)
    • Georges PIRLET (le facteur)
  • Générique

    • Directeur de la photographie: Jean-Paul DE ZAETIJD
    • Cadreur: Marc RIDLEY
    • Chef électricien: Eric WALDMANN
    • Assistant caméra: Jean-François HENSGENS
    • 2ème assistant caméra: Jean-Christophe DELINAOUMIS
    • Electriciens: Vincent MASSIN, Toni OPPENHEIM
    • Montage image: Ingrid RALET
    • Ingénieur du son: Dimitri HAULET
    • Assistant son: Yves RENARD
    • Mixage: Thomas GAUDER
    • Bruitage: Philippe VAN LEER
    • Recorder: Luc Thomas
    • Musique: Heaven Hotel presents, Sigrid ROSENDAAL- trompette, voix, Dirk DE HOOGHE
    • percussions, batterie, Moog, voix, Rudy TROUVE
    • guitare, voix
    • 1er assistant réalisateur: Serge DIETRICH
    • Script: Laora BARDOS
    • 2ème assistant: Diégo AZPETIA
    • Storyboard: Anne-Cécile DERBAUDRENGHIEN
    • Producteur: Eddy GERADON-LUYCKX
    • Directeur de production: Joseph ROUSCHOP
    • Maquillage: Françoise JOSET
    • Effets spéciaux: Alexandre BANSEL
    • Chef machiniste: Philippe DESMET
    • Machinistes: Marc FREYENS, Philippe HERRERA
    • Régisseur général: Patrick LAUBER
    • Assistante régie: Isabelle COSTANTINI
    • Conception: Régine CONSTANT
    • Constructeurs: Laurent STOFFEIJN, Patrick DECHESNE, Alain Pascal HOUSIAUX
    • Peintre: Crystel CORBANIE
    • Générique: Jacques CAMPENS
    • Photographe de plateau: Samy PIERQUIN
    • Graphisme: Messa
    • Laboratoires: Meuter-Titra
    • Générique: Aniway
    • Studio mixage: Studio L’équipe
    • Montage son: Tintamarre
    • Montage offline: Lou Ease, Triangle 173 Machinerie: Sotrac
    • Matériel caméra: Monev

Synopsis complet

Marc Antoine nourrit son poisson avec des paillettes de marque Fishtrip. Dans l’aquarium se trouve une guillotine miniature sur laquelle est inscrite « Robespierre ». Assis à son bureau dans le grenier de la Poste, où trône également un lit, Marc Antoine entend la sonnerie de l’alarme retentir.

Dehors stationne un bus et des centaines de tracts volent au vent. Il coupe l’alarme tandis que des manifestants ramassent les papiers. Le postier en chef, dont il se moque, lui reproche de ne pas participer à l’opération ville morte. Sarcastique, Marc Antoine lui rétorque qu’il a mieux à faire, comme classer des archives.

La nuit, trois hommes en noir et cagoulés font irruption dans sa chambre-bureau. Il est maintenant attaché aux pieds par des cordes et aux mains par des menottes. Deux des hommes vont dans la cuisine tandis qu’un autre reste ave lui. A chaque passage de train tout à côté, le chef de la bande et son collègue, Phil de fer, cassent un mur avec un burin et un marteau. Pendant les pauses, le chef réfléchit à haute voix sur ses dogmes révolutionnaires. Marc Antoine devine soudain qu’ils sont là pour le coffre de la Poste. Puis il commence à parler sans s’arrêter du chômage, du travail… Son « surveillant », Avrele, lui donne un coup à la tête, mais Marc Antoine poursuit quelques secondes plus tard.

Le chef et Phil de fer décident maintenant d’attaquer au marteau piqueur un mur de la chambre. Mais ils perforent un conduit d’eau qui provoque une panne de courant. Avrele s’amuse à donner des baffes à Marc Antoine et, voyant que la situation stagne, enlève sa cagoule, et pousse, avec Phil de fer, le chef sur le lit au dessus de Marc Antoine. Puis ils creusent le mur sans attendre le passage des trains. Le chef du groupuscule tient alors un discours politique à Marc Antoine.

Avrele et Phil de fer réussissent à percer le mur, arrivent dans le bureau de poste, mais du côté du public. Le bus des manifestants revient et l’alarme se met en route. L’un des compères veut tirer avec son arme : son pistolet ne fonctionne plus. Puis tous deux se font arrêter par les grévistes. Marc Antoine arrive à briser ses menottes. Le postier en chef tient le révolver en main.

Enfin, Marc Antoine remet en ordre son aquarium et notamment la guillotine miniature.